entete

Rencontres zapatistes

Du 17 au 21 octobre nous accueillerons un groupe d’Écoute et de Parole de 6 companer@s, venu.e.s en Europe pour transmettre l’histoire de leur lutte et découvrir nos façons de résister et de nous organiser.
Le souhait des zapatistes est de ne pas participer à de grands évènements publics et de privilégier des échanges avec des personnes investies dans les réalités locales. Nous tâcherons de respecter ce souhait. Le nôtre est de tout de même permettre aux très nombreuses personnes qui peuplent la montagne limousine et qui s’y organisent de participer à ces rencontres. Pour faciliter l’organisation, les réservations sont donc conseillées !

Le programme (mis à jour le 15 octobre)

Création d’un comité de soutien

après les arrestations du 15 juin à Gentioux et aux alentours de Limoges, dans le cadre de l’enquête sur l’incendie de l’émetteur des Cars (87)

Réunion publique mercredi 7 juillet à la salle des fêtes de Gentioux (23) à 19 h

Au-delà des faits reprochés aux personnes interpellé.e.s toujours présumées innocentes, cette opération a impacté de nombreuses autres personnes: ami.e.s, familles, différents réseaux militants ou associatifs limousins… Elle ressemble, comme en son temps l’ »affaire de Tarnac », à une vaste opération de renseignement et de mise sous pression des trop rares personnes qui agissent au quotidien, pour défendre une autre idée de ce que vivre veux dire, contre la dégradation des conditions de vie sur terre et les atteintes constantes à la dignité humaine.

L’ordonnance de placement sous contrôle judiciaire d’une des inculpées pour « association de malfaiteurs » stipule ainsi très sérieusement: « (…) les deux femmes partagent de nombreuses idéologies en lien avec le souci d’une préservation de la nature (notamment la forêt limousine), ou encore le refus de voir installer des équipements technologiques (compteurs Linky, 5G) » en guise de caractérisation de leur soi-disant parcours de « radicalisation ».

Parmi les effets secondaires de l’opération, nous apprenons que l’institutrice de Gentioux vient d’être suspendue par l’inspection académique en dépit de toute présomption d’innocence.

Par ailleurs, le parquet a déjà fait appel de la remise en liberté des deux autres personnes, avec une comparution prévue à Limoges le 15 juillet.

Ces opérations de police politique qui se caractérisent par une disproportion de moyens (nombre d’agents des forces de l’ordre, nombre de véhicules, nombre d’arrestations, de perquisitions, nombre d’écoutes et de balises, de moyens de police scientifique et technique…) visent autant à nous intimider toutes et tous qu’à punir d’éventuels contrevenants.

Cette opération demande donc une réponse collective pour signifier à la fois que nous voulons appuyer les personnes mises en examen pour leur assurer une juste défense et signifier que nous ne nous laisserons pas impressionner.

Lire l’appel intégral (PDF)

Accueil de la délégation zapatiste sur la montagne limousine (date à confirmer entre juillet et septembre 2021)

Nous avons lancé un appel à dons sur helloasso :

https://www.helloasso.com/associations/cantine/collectes/accueil-zapatistes-sur-la-montagne-limousine

À l’heure ou vous lisez ces lignes, « l’avant-garde de la délégation zapatiste qui envahira l’Europe » s’apprête à traverser l’océan à bord de la montaña pour venir à notre rencontre et  débarquera sur les rivages de l’Atlantique Nord aux alentours du 15 juin 2021. D’autres compañeras, compañeros, compañeroas rejoindront le continent européen par avion dans les semaines suivantes.

L’annonce de cette invasion a secoué une grande partie de l’Europe d’en bas à gauche. De nombreuses organisations et collectifs ont répondu à cet appel. Alors qu’on s’efforce aujourd’hui de nous faire croire qu’il n’y a de salut possible que dans le repli et la distance, nous répondons que la solution au problème mondial, c’est-à-dire à la destruction de la Vie, se trouve dans la rencontre et l’échange.

Une invitation a été portée depuis la montagne limousine pour accueillir l’ensemble de la délégation zapatiste (environ 150 personnes) afin de contribuer à propager « le virus de la résistance et de la rébellion ». Les obstacles aujourd’hui rencontrés par nos sœurs et nos frères mexicains sont nombreux (fermeture des frontières, demandes d’attestation d’hébergement pour l’obtention des visas, complications administratives diverses, mise en quarantaine éventuelle, etc), si bien que ni elles et eux, ni nous-mêmes, ne pouvons connaître les dates précises des visites. Nous nous préparons à les accueillir pour environ une semaine durant les mois de juillet, août ou septembre et malgré l’incertitude, nous devons commencer à organiser concrètement leur venue.

Pour que ces rencontres soient à la hauteur de la situation et de nos attentes, nous avons besoin de commencer à organiser concrètement leur venue et à récolter des fonds pour payer la nourriture de la délégation, les transports sur la Montagne Limousine et jusqu’à leur  régions suivante, et tous les frais annexes nécessaire au bon déroulement des rencontres.

Beaucoup d’argent est nécessaire pour ces frais et la logistique. Nous ne voulons pas que l’argent soit un frein à la réussite de ce voyage. Les dons simples et les ordres permanents pour ceux.celles qui le souhaiteraient sont les bienvenus.

Nous nous réjouissons de cette nouvelle initiative des zapatistes et appelons toutes les personnes, collectifs et organisations solidaires à soutenir, entre autres financièrement, cet événement historique.

Nous sommes également à la recherche de divers matériels. Voici ci-dessous des fiches à nous retourner si vous avez du matériel divers à prêter ou des places de couchages le temps des rencontres. Nous vous remercions déjà de votre contribution.

Les femmes du plateau

Le syndicat de la Montagne limousine

www.enlacezapatista.ezln.org

« Les peuples veulent » : rencontre internationale en ligne de celles et ceux qui, partout, se soulèvent…

« En lien avec toutes les expériences, tous les mouvements de par le monde qui oeuvrent dans le même sens… »

Déclaration constitutive du Syndicat de la Montagne Limousine, novembre 2019.

Le Syndicat de la Montagne Limousine participait en janvier dernier à une rencontre internationale numérique organisée par le collectif de la Cantine Syrienne de Montreuil qui cherche à favoriser les rencontres et les traductions entre différents foyers de lutte et soulèvements populaires à travers le monde. Ces rencontres, comme d’autres à venir, visent à inscrire notre action dans le cadre transfrontalier des luttes pour une vie digne et à cultiver les liens avec d’autres territoires et expériences populaires qui oeuvrent dans le même sens.

Les enregistrements de ces rencontres seront bientôt disponibles en podcasts.

15 janvier 2021

La Cantine Syrienne de Montreuil organise avec le soutien de Cerveaux non disponibles des rencontres internationalistes en ligne du 18 au 22 janvier, avec des activistes de Syrie, du Soudan, du Liban.

Si la crise sanitaire et sa gestion, comme les catastrophes écologiques successives, assombrissent chaque jour notre perception du futur, des rayons d’espoir percent malgré tout ce ciel gris et menaçant. Soudan, Algérie, Hong Kong, France, États Unis, Mali, Liban, Irak, Iran, Thaïlande, Biélorussie, Équateur, Haïti, Catalogne, Chili, Nigeria… On peine à dénombrer sans en oublier l’ensemble des soulèvements des deux dernières années.

Un désir de vie, de dignité et de justice parcourt villes et campagnes du monde entier. Malgré la répression, le courage des peuples qui se soulèvent défient partout le statu quo. Si l’on semble s’accorder que dans les quatre coins du monde « les peuples veulent la chute des régimes », bien rares sont les voix et les slogans qui évoquent ou défendent une vision de ce qui pourrait succéder ces chutes. La question de l’après reste bien souvent absente. Cette année le titre de notre rencontre s’arrête à trois mots sans que nous sachions si il faut les ponctuer d’un point d’interrogation ou d’exclamation.

Pendant plus d’un siècle, révolution rimait avec socialisme(s). Du Vietnam à l’Algérie en passant par Cuba ou le Burkina Faso, quand une insurrection éclatait, le communisme était disponible lorsqu’il s’agissait d’imaginer la suite. Que l’on s’en réjouisse ou non, on peut s’accorder pour dire que la situation a bien changé. Quelles propositions de transition ou de rupture réussissent encore à se frayer un passage au moment des soulèvements ? La démocratie libérale pour remplacer les régimes autoritaires ? Des assemblées constituantes pour transformer la démocratie libérale ? Quelles perspectives dessinent les révoltés de nos jours ?

C’est pour réfléchir à ces questions que nous avons souhaité inviter collectifs et individu.e.s du monde entier à participer à cette rencontre. Certain.e.s, après avoir assisté à l’écroulement de régimes ou à la libération de territoires entiers ont déjà entrevu cet instant d’après. D’autres, ne souhaitant pas attendre de tels moments, ont déjà commencé à construire des d’alternatives au système actuel. Les changements progressifs et locaux ne peuvent être opposés aux soulèvements. Au contraire, il nous faut souhaiter qu’en plus de se multiplier, les uns et les autres se nourrissent mutuellement.

À partir des pistes qui sont d’ores et déjà creusées ici et ailleurs, il est possible d’apercevoir des réponses communes et de dessiner des horizons qui traversent frontières et océans.

Discussions internationales en ligne de 18h30 à 20h30. Transmission en direct et enregistrement de podcast.

Programme

Lundi 18 janvier-18h30 : Les expériences d’auto-organisation au sein des conseils locaux en Syrie avec Yahia Hakoum chercheur et activiste.

Mardi 19 janvier-18h30 : Quelle alternative après la chute du régime en Tunisie et au Soudan ? Avec @WillisFromTunis et Mouna, militante féministe soudanaise.

Mercredi 20 janvier-18h30 : Constructions et interventions révolutionnaires, avant, pendant et après l’insurrection au Liban avec @Megaphone @Roula Seghaier et @Buzuruna Juzuruna.

Jeudi 21 janvier-18h30 : Communalisme et perspectives de victoire du Chili à la France avec Vitrina Dystopica et le Syndicat de le la Montagne Limousine

Vendredi 22 janvier-18h30 : Abolitionnismes (police-justice-prison), la construction matérielle et discursive d’une autre type de justice aux États-Unis. Avec Rustbelt Abolition Radio.

Pour suivre l’événement : https://www.facebook.com/events/850311105736370

Une fête du bassin-versant de la Vienne amont au printemps!

Toutes et tous au fil de l’eau du 31 mai au 12 juin 2021 entre les sources et la confluence avec la maulde!

Nous sommes un petit groupe d’habitant.e.s investi.e.s dans le « groupe eau » du Syndicat de la Montagne Limousine et dans les Fêtes de la Montagne Limousine depuis plusieurs années, et nous avons commencé à réfléchir à l’idée d’organiser une fête du haut bassin-versant de la Vienne ce printemps. Une occasion de faire le point sur l’état de la ressource en eau sur le territoire et sur les questions qui animent les habitant.e.s, usagers et usagères du bassin versant.

Cette fête prendra la forme d’un événement public itinérant, depuis les sources de la Vienne entre Saint-Setier et Peyrelevade, en suivant ses différents affluents, jusqu’à Saint Denis des Murs où la Maulde rejoint la Vienne. Ce sera à la fois une fête populaire et un moment de rencontres et de débats autour des différents enjeux qui touchent le bassin versant, à savoir: la qualité de l’eau, des sols, de la biodiversité, la qualité de vie des habitants du bassin,les régies, l’hydro-électricité, les enjeux économiques également. Nous pensons à un événement « perlé » (comme une série de petits événements plutôt qu’un gros rassemblement), qui descendra progressivement en suivant la rivière et ses affluents; ce qui permettra d’éviter les effets de trop grande concentration humaine et de limiter les risques sanitaires. Cela s’étalera sur une dizaine de jours et mêlera des événements d’envergures très différentes : une projection ici, une balade naturaliste là, une table ronde, une exposition, une visite d’ouvrage, un spectacle, une descente en kayak, un témoignage, des débats…

L’eau ne connaît pas sur son passage de limites administratives, elle se fiche des limites de propriété. Quand elle disparaît, quand les sources se tarissent nous sommes tous et toutes également touché.e.s, tant émotionnellement que physiquement. Nous le sentons venir déjà: la question de la ressource en eau est le sujet brûlant des années qui viennent. Sur le chemin de cette prise de conscience (« l’eau pourrait ne plus couler de source ») de nombreux conflits d’usage vont naître et bruissent déjà. Nous pouvons anticiper ces terrains de conflit, anticiper les conséquences désastreuses des pénuries d’eau et de la hausse des températures, à notre très petite échelle peut-être autant voire plus que dans les grandes réunions internationales.

L’eau et par elle, le bassin-versant qui nous traverse et que nous traversons chaque jour nous lie envers et contre tout. Nous pensons qu’il faut sortir les enjeux économiques, patrimoniaux, sanitaires, écologiques, énergétiques, symboliques de la gestion de l’eau des tiroirs institutionnels où ils reposent, les mettre sur la place publique, produire ensemble une conscience commune du bassin-versant, de ce qu’il y faut permettre, de ce qu’il y faut proscrire, de ce qu’il y faut défendre.

Cette fête pourrait être un carrefour pour nous toutes et tous qui habitons ici et une manière de ne plus laisser traîner les questions brûlantes : l’eau du robinet, la ressource piscicole, la faune et la flore, l’état des sols, le rôle des forêts, des pratiques d’élevage et d’exploitation du bois, l’énergie hydro-électrique, la santé…

Des traces filmées, audio et graphiques de chacun des évènements permettront de garder mémoire de ces moments et de les partager avec toutes celles et ceux qui n’auront pas pu venir ou qui se posent des questions similaires ailleurs.

Faisons de la tête de bassin de la Vienne le fil conducteur de nos débats et de nos coopérations à venir.

A très bientôt,

Le « groupe Eau » au sein du Syndicat de la Montagne Limousine et d’autres amoureux et amoureuses de la vallée de la Vienne, de la Maulde, de la rivière de Lacelle, du Dorat, de la Feuillade, de la Chandouille, du Menoueix et tous les autres…

Le programme sera bouclé le 30 avril prochain. Des étapes sont d’ores et déjà prévues ou à l’étude à Peyrelevade, Tarnac, Rempnat, Faux-la-Montagne, Lacelle, La Villedieu, Saint-Martin Château, Gentioux, Royères de Vassivière, Nedde, Eymoutiers, Peyrat-le-Château, Saint Amand le Petit…

La prochaine réunion de coordination aura lieu le 30 avril à Faux-la-Montagne à 16h.

Pour toute proposition et se tenir au courant des rendez-vous de préparation :

syndicat-montagne@ilico.org

Position en termes de signature de textes, pétitions, lettres, etc.

Souvent sollicité pour signer divers textes, le Syndicat a adopté les principes suivants :

  • Le Syndicat ne souhaite pas signer de textes, pétitions ou autres, si son engagement s’arrête à cette simple signature. Il estime que sa signature l’engage à participer au-delà de simplement donner son nom, et ne signera que s’il est prêt à aller plus loin dans son engagement.
  • Ne pas signer certaines sollicitations ne signifie donc pas que le Syndicat est en désaccord avec elles, mais qu’il n’est pas prêt ou disponible pour assumer un engagement au-delà de la simple signature.
  • Il signera d’autant plus facilement par contre, lorsque la prise de position est locale et que sa signature apporte une dimension supplémentaire et un appui réel dans l’élaboration d’un rapport de force. Ou lorsque des liens réels existent avec les personnes ou les actions concernées par le texte à signer.
  • Il évitera de signer les textes de revendication ou de demande adressés à l’État ou à d’autres instances « supérieures », dès lors qu’il est persuadé que ces instances ne sont de toute façon pas prêtes à écouter ou prendre en compte ces doléances. Il ne souhaite pas se mettre dans une position « naïve » de sollicitation vis-à-vis de ce genre d’interlocuteurs.

Pratiquement, un petit groupe de 4 personnes, représentant une diversité de points de vue, est chargé de prendre la décision de signer ou pas. Si le groupe hésite, pense que l’enjeu est trop grand, ou n’est éventuellement pas d’accord, la question est alors soumise à l’assemblée mensuelle du Syndicat.

Les textes signés seront mis en ligne sur le site du Syndicat et communiqués lors des assemblées mensuelles du Syndicat, de manière à ce que chaque membre soit mis au courant de ces signatures.

Depuis la montagne limousine, aux côtés des compañer@s zapatistes

En octobre dernier, dans un texte intitulé « Une montagne en haute mer », depuis le Sud-est mexicain, le Comité clandestin révolutionnaire indigène et le Commandement général de l’Armée zapatiste de libération nationale, annonçaient qu’au printemps 2021, une délégation se mettrait en route et parcourrait les cinq continents à la rencontre des peuples du monde.

Plusieurs communiqués ont suivi, tous sont accessibles sur le site de l’EZLN. Celui paru le 1er janvier, « Une déclaration…pour la vie », est signé « Nous. Planète Terre. », il rappelle les bases politiques et les enjeux des rencontres à venir, c’est une invitation faite à « celles et ceux qui partagent les mêmes préoccupations et des luttes similaires, toutes les personnes honnêtes et tous les en-bas qui se rebellent et résistent dans les nombreux recoins du monde , à rejoindre, à contribuer, à soutenir et à participer à ces rencontres et activités ; et à signer et à s’approprier cette déclaration POUR LA VIE.». Le Syndicat de la Montagne Limousine est de ce « Nous » et joint sa signature à cette déclaration :

Première partie
Une déclaration…
Pour la vie

Au niveau national, de nombreuses propositions d’accueil ont été faites à la délégation zapatiste mais le voyage lui-même, les dates et les lieux des rencontres envisagées, sont à ce jour encore incertains et indéterminés. Le Syndicat entend prendre part à la préparation et à la tenue de ces rencontres, d’une manière à ce jour encore également incertaine et indéterminée… À suivre.

Comment participer ?

Le Syndicat est ouvert à toutes et tous les habitant.es qui le souhaitent, en lien avec toutes les expériences, tous les mouvements de par le monde, qui œuvrent dans le même sens que lui.

Pour être tenu au courant
S’inscrire à la lettre du syndicat.

Pour voir comment ça marche
Venir à une des assemblées mensuelles du Syndicat. C’est toujours le deuxième vendredi du mois à partir de 14h. Lieux et informations spécifiques sont données sur ce site (rubrique agenda) ou par la Lettre. Un temps d’accueil spécifique sera réservé pour les nouveaux arrivés.

Pour participer activement à l’ensemble de la démarche
Venir régulièrement aux assemblées mensuelles du Syndicat où se prennent les décisions importantes et où sont présentées et discutées les actions en cours.

Pour participer à un sujet qui vous intéresse
Venir aux réunions des groupes dont les thèmes vous intéressent. Vous pouvez adresser un mail au Syndicat qui vous rajoutera dans la liste du groupe que vous voulez rejoindre.

Pour contacter le Syndicat ou l’alerter
Envoyer un mail à syndicat-montagne@ilico.org

Il n’y a pas d’adhésion ou d’inscription. Rejoindre le syndicat et ses actions est la manière actuelle d’y adhérer et de s’en affirmer membre.

Qui sommes-nous ?

Initiative d’habitantes et d’habitants, le Syndicat de la Montagne limousine est l’outil dont nous nous sommes dotés pour défendre et mettre en œuvre notre vision du territoire.

« Nous ne voulons plus être les éternels spectateurs et spectatrices d’un monde qui n’en finit pas de s’effondrer. Aucun gouvernement n’apportera plus de solution. Il est temps de porter nos espoirs et nos forces ailleurs. La Montagne limousine, où nous vivons, est l’échelle adéquate pour nous saisir d’un certain nombre de problèmes essentiels qui sans cela font naître en nous un grand sentiment d’impuissance.

Le syndicat a été créé par et pour celles et ceux qui vivent sur la Montagne limousine et sont soucieux de préserver ses ressources, la diversité des formes de la vie humaine et non humaine qui font sa richesse, et d’y défendre des conditions de vie dignes pour toutes et tous.

C’est un outil pour se regrouper sur le territoire que nous habitons et défendre nos intérêts communs. Une force collective qui soit plus que la somme des parties qui le constituent, et qui puisse s’opposer aux puissances qui façonnent sur notre dos l’avenir du territoire, les banques, les administrations diverses, les lobbies économiques locaux, régionaux, internationaux…

Lire les 6 perspectives du Syndicat


Pour un syndicat de la montagne limousine

Quelles perspectives ?

1. Relocaliser l’usage des ressources du territoire : l’eau, l’énergie, la forêt, l’alimentation

Se doter des moyens de soustraire aux logiques économiques la gestion et la distribution des ressources de base (régies municipales ou intercommunales, comités d’habitant·es, groupes de travail producteurs·ices-usager·es, réseaux de distribution locaux).

2. Permettre l’accès à la terre et au logement pour toutes et tous

  • Créer des structures de rachat de terres en commun
  • Faciliter les installations
  • Appuyer la mise à disposition des biens vacants…

3. Défendre les infrastructures existantes, se doter des moyens et des services dont ce territoire a besoin

Défendre et renforcer ce qu’il reste de services publics sur le territoire en lien avec les travailleurs et travailleuses du rail, de la poste, de l’hôpital, de l’électricité et de l’éducation. Appuyer toute démarche des habitant·es visant à se doter des infrastructures et des services communs dont ils et elles ont besoin (distribution des denrées, moyens de communication, énergie, santé, mobilité…).

4. S’organiser, face aux violences du système, de l’économie et à l’arbitraire administratif : se défendre

Mettre en œuvre une veille sociale et juridique sur la Montagne pour briser l’isolement et réagir comme force collective.

5. Mettre en place un droit d’asile local:il n’y aura pas d’expulsion sur la montagne limousine

Faire en sorte que nul ne soit forcé de quitter la Montagne en raison seulement de son origine, sa couleur, sa religion, son statut légal, son genre ou son orientation sexuelle. Offrir abri et protection à toute personne dont la sûreté est mise en danger.

6. Mettre un terme, à notre échelle, à la destruction du vivant, des sols et des milieux de vie humains

Mieux les connaître pour les protéger. S’opposer à toute destruction irréversible, transmettre un territoire vivable et vivant.