entete

Mais pourquoi donc en veulent-ils tant au Syndicat ?

Un spectre hante la Montagne limousine : le spectre du Syndicat. Des puissances qui se sentent manifestement bousculées par son existence se sont unies en une Sainte-Alliance pour traquer ce spectre et l’accuser de tous les maux.

Le sabotage de l’enduro d’Aubusson le 5 novembre : c’est lui ! Un squat qui s’ouvre à La Villedieu : c’est lui ! Il est partout, gangrène tel « un cancer » le territoire, impose sa vision des choses et empêche les gens de vivre comme ils le veulent… Diable ! De quels pouvoirs dispose donc ce spectre pour faire se lever tant de fourches ?

STOP ! Et réfléchissons un peu.

Des projets concrets

Depuis trois ans, sous le chapeau du « Syndicat de la Montagne limousine », quelques dizaines de personnes, peut-être une centaine, peut-être plus, se retrouvent dans des groupes de travail pour mener différents projets qui leur semblent importants et bénéfiques pour le territoire et les personnes qui y vivent. Par exemple : faire connaître aux communes les possibilités juridiques qui s’offrent à elles pour mobiliser des biens immobiliers vacants ; recenser les différentes solutions de transports collectifs qui existent sur la Montagne ; s’opposer à des coupes rases de feuillus et proposer des pratiques alternatives ; créer une auto-école associative pour rendre plus facile et accessible l’apprentissage de la conduite automobile ; organiser des permanences d’entraide juridique et administrative ; animer un groupe de soutien psychologique ; débattre de la ressource en eau et réfléchir aux moyens de la préserver ; soutenir les personnes exilées qui arrivent chez nous et, pour certaines, souhaitent s’y installer ; créer un outil de financement pour acquérir des parcelles forestières et les gérer de manière durable ; organiser des formations à l’agriculture ou à la foresterie ; etc. Tout cela de manière très transparente (voir son site et ses publications).

D’autres projets sont également à l’étude (une société foncière pour mettre des terres à la disposition d’installations agricoles, des lignes de transports d’utilité sociale autogérées, un organisme d’accueil communautaire et d’activités solidaires, une conserverie, etc.) qui sont présentés dans le journal du Syndicat, diffusé gratuitement sur la Montagne limousine.

Des positions claires

Par ailleurs, à côté de ces nombreuses mais encore modestes constructions, le Syndicat, comme tout syndicat, est amené à prendre position pour soutenir ou susciter des mobilisations contre des projets nocifs qui lui semblent aller dans un sens contraire aux objectifs qu’il défend (les « six perspectives » qu’on retrouve ici).

Ainsi, il s’est joint à l’Appel et à la Marche pour des forêts vivantes ; il s’est engagé par solidarité avec les autres riverains du bassin versant de la Vienne contre les projets de mégabassines dans les Deux-Sèvres ; il a répondu à l’appel des résidents d’un Centre d’accueil de demandeurs d’asile qui cherchaient un soutien pour améliorer leurs conditions d’accueil, ou encore, plus récemment, à celui de l’association Associtra pour contester l’agrandissement de la scierie Farges à Égletons. Tout cela également dans la plus grande transparence.

Mettre les points sur les i

Ces actions et ces positions gênent certain·es qui, dans la plus grande confusion, tentent de discréditer le Syndicat en lui attribuant des responsabilités qu’il n’a pas prises ou en donnant à son rôle et à son influence une place caricaturale et mensongère. Ainsi, un ex-député défait aux dernières législatives, un agriculteur dont les choix économiques s’avèrent des impasses, un maire, président déchu d’une communauté de communes, poursuivi pour faux en écriture publique, mais aussi le président du Parc naturel régional et d’autres élus qui ne connaissent nullement le Syndicat, ont-il entrepris une croisade pour dénoncer ses soi-disant prises de position, lui mettre sur le dos des actions qu’il n’a pas entreprises et sur lesquelles, pour certaines, il n’a eu ni l’occasion, ni le temps, ni l’opportunité de se positionner. Des évènements très différents, comme la course de motocross Enduo d’Aubusson ou l’ouverture d’un squat à La Villedieu, sont aussitôt exploités par ces petits barons qui mettent de l’huile sur le feu dans la poursuite de leur seul intérêt personnel ou pour faire oublier un instant les casseroles qu’ils ont aux pieds. Le silence n’étant pas toujours la meilleure réponse aux bêtises qu’on entend ou qu’on voit, le temps est venu de mettre quelques points sur les i, moins pour ceux qui profèrent ces bêtises que pour ceux qui les entendent et pourraient bien croire ce qu’on leur dit tant que, de notre côté, le « faire et laisser braire » est à l’ordre du jour.

L’Enduo saboté ? Le Syndicat !

L’intervention de quelques manifestant·es pour bloquer une course de moto dans une zone sensible aux sources du Thaurion et le défléchage du circuit conduisant à l’annulation de la course ont allègrement été attribués au Syndicat.

Lors d’une réunion publique c’est lui qui a été visé dans un propos repris par le journal La Montagne : « Le Syndicat de la Montagne limousine veut structurer le territoire et le modeler à sa façon ! » Non seulement le Syndicat n’avait appelé à aucune action mais il n’avait même pris aucune position, ne connaissant pas tous les tenants et aboutissants de cet événement et ne disposant pas du temps nécessaire pour se positionner sereinement. Peu importe, il n’était pas utile de se renseigner pour crier haro sur le Syndicat, main invisible du sabotage de la course.

Bon. Réfléchissons. Faire passer 430 motos sur une zone humide sensible, à l’heure où nous prenons massivement conscience d’une grande extinction des espèces vivantes, n’était sans doute pas des plus heureuses initiatives mais nous jugeons toujours plus opportun de nous attaquer aux logiques systémiques qu’à des pratiques individuelles ou aux personnes qui les pratiquent. Le Syndicat aurait peut-être pu s’associer aux avis défavorables émis avant la course par certaines institutions, en cohérence avec ses perspectives (mettre un terme à la destruction du vivant) ; la commune de Gentioux, le Parc naturel régional et le Conservatoire des espaces naturels du Limousin ont été à cette occasion plus réactifs.

Un squat dans une maison abandonnée ? Le Syndicat !

Quelques semaines plus tard, l’occupation d’une maison, abandonnée depuis une dizaine d’années, par quelques jeunes à la recherche d’un toit, sur la commune de La Villedieu, suscitait l’ire numérique d’un fidèle follower des actions du Syndicat qui reliait cette occupation à la publication de notre brochure sur les biens vacants (plus de 1000 téléchargements de la brochure à la suite de cette « dénonciation » !).

En effet, à côté de diverses procédures (biens sans maître, 7 pages, reconnaissance d’abandon manifeste, 3 pages, expropriation pour cause d’utilité publique, 1 page, récupération de terres agricoles, 2 pages), deux pages sont consacrées au squat (l’occupation sans droit ni titre). On peut y lire : « Si l’occupation du domicile de quelqu’un est bel et bien un délit, l’occupation sans droit ni titre d’un bien vacant n’en est pas un, tant que l’entrée ne se fait pas par effraction. » La synthèse juridique proposée dans cette brochure serait la preuve manifeste de la présence du Syndicat derrière ce squat… Là encore, non seulement le Syndicat n’a nullement organisé cette occupation, mais il n’avait alors même pas pris position.

Bon. Réfléchissons. Qu’une maison qui depuis dix ans est laissée à l’abandon, dont les parquets s’effondrent, que son propriétaire a toujours refusée de louer ou de vendre et qu’il n’occupe plus depuis de longues années (en aucun cas une « résidence secondaire » comme l’a dit avec beaucoup d’hypocrisie ou d’ignorance la préfecture de la Creuse), soit soudainement ouverte, nettoyée, aérée et retrouve une fonction qu’elle n’avait plus, de plus pour accueillir de jeunes habitants et habitantes, voilà qui devrait nous réjouir. Et en essayant d’être conséquent avec ses positions, le Syndicat ne peut que soutenir une initiative bénéfique pour le territoire et pour un bâti qui se dégradait.

Qui pense sérieusement qu’il vaut mieux laisser pourrir la maison d’un propriétaire absentéiste ? Peut-être les quatre personnes qui dans la nuit du 9 au 10 décembre ont tenté de déloger ces nouveaux habitants, cassant des carreaux, abîmant la porte, invectivant les occupants, répondant peut-être ainsi aux appels au meurtre diffusés sur le réseau bien peu « social » Facebook (une photo de fusil ou encore une invitation à prendre une arme). Face à ce genre de situation, il est clair que ne pas s’afficher solidaire des squatteurs serait une lâcheté.

Les sous-marins du Syndicat ?

Au-delà, certaines personnes ou groupes ont fait l’objet de mesures qui apparaissent comme directement liées à leur proximité avec le Syndicat. Ainsi, juste après avoir accueilli la Veillée trimestrielle du Syndicat le 19 novembre 2022, le collectif meymacois Fossile Futur recevait la visite du maire accompagné de gendarmes lui intimant, pour des raisons de sécurité, de cesser ses activités. Ceux-ci ont pénétré dans l’ensemble de la maison et filmé chaque pièce. Le maire, par ailleurs président du PNR, a alerté la propriétaire en dénonçant les jeunes artistes du collectif, qu’il avait pourtant auparavant accueillis à bras ouverts… A-t-il été enfumé par des services de police qui voient la main de « l’ultra-gauche » partout ?

Ce même président du PNR avait indiqué à l’association de la Fête de la Montagne limousine, le 26 août, qu’il souhaitait « recevoir une sollicitation (par courrier ou par mail) de la part d’un représentant de l’association de la Fête de la Montagne Limousine, faute de quoi les salariés et/ou les élus du Parc ne pourront pas participer à cet évènement. » De quoi s’agissait-il ? Une simple invitation à prendre part à un débat leur avait été envoyée par le groupe Eau du Syndicat… Ainsi, pour frayer dans nos eaux syndicales, les élus du parc doivent recevoir l’autorisation de leur président, de plus sous couvert d’une association tierce (celle de la Fête) !

Autre curiosité : Le groupe d’entraide administrative et juridique qui tient des permanences à Eymoutiers, Gentioux, Peyrat-le-Château, Royère-de-Vassivière, Tarnac, se voit invité par un élu de Felletin à venir en proposer dans la médiathèque de sa commune. La directrice se montre accueillante et, par formalité, la demande est officiellement déposée auprès du bureau de la communauté de communes Creuse Grand Sud …qui rejette la proposition ! Raison invoquée : « Ne serait ce pas plutôt à la commune de gérer cela ? » Il n’y aura donc pas de permanence à la médiathèque de Felletin. Le spectre du Syndicat là encore a fait fuir quelques élu·es… tandis que, quelques jours plus tôt, un inspecteur de la Direction régionale de l’économie, de l’emploi et du travail de Nouvelle-Aquitaine interviewait longuement le salarié et une bénévole du groupe en vue de dupliquer sur d’autres territoires cette initiative jugée exemplaire !

Ainsi, par le biais d’un groupe d’entraide, d’un collectif d’artistes ou d’une fête annuelle, le Syndicat étendrait-il, telle une pieuvre, ses ramifications partout, au détriment… au détriment de qui du reste ?

Recadrons

Il est temps de recadrer les choses. Non, le Syndicat n’a pas pour but de « régenter » le Plateau. Il est l’expression d’habitants et d’habitantes qui prennent en charge des actions relevant, à leurs yeux, de l’intérêt du territoire et ils le feront avec qui se reconnaît dans ses objectifs. Oui, le Syndicat heurte sans doute des habitudes, des ronrons et ses manières de travailler ne sont pas toujours celles des institutions. Non, le Syndicat ne vise pas à attaquer les personnes individuellement, mais, parce qu’il prend au sérieux les engagements et les perspectives qu’il a définis, il sait qu’il ne peut pas faire l’unanimité et que la démocratie est forcément conflictuelle. Mais le Syndicat ne se laissera pas instrumentaliser, insulter, caricaturer. Nous sommes persuadé·es que nos propositions vont dans le sens d’une meilleure vie ici ; que défendre les services à la population, l’accès à la terre, une gestion durable des forêts, un environnement et des activités économiques à échelle humaine sont les seuls chemins raisonnables pour l’avenir du plateau de Millevaches. Quoi qu’ils fassent, ceux qui pensent le contraire ne pourront détruire l’énergie des centaines de personnes et de structures qui, sur notre territoire, œuvrent déjà dans ce sens. À persister dans l’appel à la violence, la dénonciation calomnieuse, l’insinuation, à croire béatement les sornettes de la police ou des préfectures, à fermer les yeux sur les enjeux qu’il nous faut affronter aujourd’hui, ils se discréditent, se trompent de cible et contribuent à l’aggravation de la situation. Ils en prennent la responsabilité. Nous ne manquerons pas de le leur rappeler désormais régulièrement.

Fabriquons des flex-yourtes

plan-flex-yourte

Coucou,
On se lance dans la fabrication de flex-yourtes pour le Syndicat de la montagne. (On espère en faire plusieurs !)
Elles serviront aux évènements du plateau. C’est comme un petit barnum mais en forme de yourte. Elle se déploie très facilement.
On a besoin de matos de récup, on innovera selon ce qu’on aura ^^

Voici la liste :

  • BAMBOU (entre 3 et 5 cm de diamètre)
    (N’importe quel endroit où il y en a pas trop loin du plateau nous intéresse !)
  • Ficelle (de tout type)
  • Corde
  • Bâche (de tout type, agricole, PVC, vieille toile, store, nappe, chute de cristal… tant que c’est à peu près étanche)
  • Drap (entièrement blanc, à grosses fleurs … faites-nous rêver !)
  • Chambre à air

Vous possédez et voulez vous débarrasser d’un de ces trucs ou vous avez un bon plan, contactez nous à :
reminv@millevaches.net ou plante.badasse@protonmail.com
(Vous pouvez aussi déposer le matos directement à la Renouée à Gentioux.)
On a hâte de faire des ateliers, discussions, et autres avec vous dans ces
yourtes.

L’équipe flex-yourtes

Le Syndicat à la Fête de la Montagne Limousine 2022

Le Syndicat sera présent à la Fête de la Montagne Limousine à Felletin, les 23, 24 et 25 septembre prochains avec et aux côtés de tous les habitants et habitantes qui font vivre cette fête depuis sa première édition en 2015.

Un barnum du syndicat présentera l’activité des différents groupes de travail et de nombreux stands de groupes et organisations ami.e.s et hébergera des discussions et des débats. On pourra aussi y trouver des exemplaires du numéro 0 du tout nouveau journal du Syndicat.

Les tables rondes et assemblées portées par le Syndicat:

Samedi 24 septembre

16h Barnum du syndicat, place Monthioux: Présentation du projet de nouvelle structure d’accueil pour les exilé.e.s sur la Montagne Limousine (OACAS) par le groupe Exilé.e.s et 9 structures de solidarité du territoire.

16h place Courtiaud: Assemblée publique sur la ressource en eau: L’eau nous manque déjà: quel partage de la ressource en eau? A partir d’un état des lieux des effets du réchauffement climatique sur le bassin versant de la Vienne (et de ses affluents) et des mesures mises en place par différents acteurs institutionnels ou associatifs, nous débatterons de la place des habitants et habitantes dans la défense des rivières et d’un juste partage de la ressource en eau. (groupe eau et invités).

18h30 Barnum du syndicat, place Monthioux: Pas une bassine de plus! A l’invitation du groupe eau du Syndicat, le collectif « Bassines non merci! » des Deux-Sèvres et du Marais Poitevin, ainsi que des participant.e.s au mouvement de lutte des « Soulèvements de la terre », viendront nous raconter la lutte exemplaire contre l’accaparement de l’eau par l’agro-industrie. Il sera notamment question de la prochaine phase de lutte contre la généralisation de ce système de retenues d’eau pour l’irrigation des cultures intensives.

Dimanche 25 septembre

10h Forum, place Courtiaud: Faire face à la crise foncière: un paysan sur deux part à la retraite dans moins de 10 ans, comment s’organiser contre l’accaparement des terres, quel modèle agricole pour la Montagne? Cette question est en passe de devenir une priorité absolue des années qui viennent avec un grand nombre d’agriculteurs et agricultrices qui vont partir à la retraite sans tarder avec peu de repreneurs, repreneuses en vue. Nous voudrions oeuvrer à une stratégie commune et à la construction d’outils efficaces pour faciliter des installations nombreuses, dans un souci à la fois de maintenir le tissu social rural, d’appuyer une rupture sociale et écologique et de prévenir les stratégies d’accaparement par les investisseurs de la sylviculture industrielle, du photovoltaïque ou de l’agro-industrie.

17h Forum, Place Courtiaud, Plénière de fin de la Fête de la Montagne Limousine: « Fin de l’abondance, fin de l’insouciance? Prendre en main nos conditions d’existence ». La traditionnelle plénière de fin de la fête permettra sur les débats marquants de la fête et de lancer des pistes communes pour l’année à venir.

Le programme complet des festivités de cette année.


Le Syndicat en séminaire

Samedi et dimanche 2 et 3 avril 2022, une grosse vingtaine de personnes engagées dans le Syndicat se sont réunies pendant deux jours pour partager un bilan des activités du Syndicat depuis un an et réfléchir aux améliorations à apporter à son fonctionnement.
Elles ont pu constater que la vitalité de certains groupes de travail était grande, que des actions concrètes et réelles sont mises en place mais qu’il manquait sans doute des lieux plus transversaux pour faire circuler l’information et échanger ensemble, les assemblées plénières du second vendredi du mois n’étant peut-être pas le meilleur lieu pour cela (d’autant qu’il y avait peu de participants aux dernières assemblées). Au cours de ce week-end, les personnes présentes ont également établi une sorte de rapport d’activités du Syndicat et reprécisé les orientations phares du Syndicat pour la et les prochaines années. Un document est en cours de rédaction pour présenter tout cela lors d’une prochaine assemblée. Le temps de finir ce travail, il a été décidé d’annuler le plénière du syndicat initialement prévue le vendredi 11 avril et de fixer la suivante au vendredi 3 juin.

Plénière-banquet vendredi 3 juin 2022 à 18 h

La prochaine plénière sera une assemblée extraordinaire qui débutera à 18 h le vendredi 3 juin. Ce sera aussi une plénière-banquet puisqu’au-delà de présenter des propositions pour le fonctionnement du Syndicat dans les mois à venir et de discuter les orientations travaillées lors du séminaire, ce sera l’occasion pour les différents groupes de se rencontrer autour d’une grande tablée !
Le lieu sera communiqué dans une prochaine lettre. Un groupe de suivi est chargé de préparer cette plénière.

Camp d’été 29, 30 et 31 juillet

Le Syndicat organise un camp d’été fin juillet (lieu à déterminer) comme il l’a fait en 2019 et 2020. Notez bien ces trois jours qui seront l’occasion de rencontrer de nombreuses personnes investies ou non dans le Syndicat, de la Montagne limousine et d’ailleurs.

Le groupe mobilité fait le point sur les transports

Épaulé depuis mars par une personne salariée sur une mission de six mois, le groupe mobilité organise mercredi 20 avril une réunion de travail avec des représentants des collectivités locales qui travaillent également sur la question des déplacements sur la Montagne. Si vous pensez que votre maire ou d’autres élus de votre secteur pourrait être intéressé pour participer à cette réunion, envoyez-nous ses coordonnées afin que nous puissions le contacter et l’y inviter : mobilite@syndicat-montagne.org
En savoir plus sur l’état d’avancement des travaux du groupe : cliquez ici.

Contre les Méga-bassines!

Pour un printemps Maraîchin!

Un ou des bus partiront du Limousin pour se rendre au printemps maraîchin inscrivez-vous! (lien framaform)

Du 25 au 27 mars prochains aura lieu la prochaine étape de la lutte salutaire contre l’accaparement de la ressource en eau par une poignée d’agro-industriels. Ces mêmes agro-industriels qui ont déjà réduit une des plus grandes et plus riches zones humides d’Europe à peau de chagrin en l’espace d’une génération. Un souffle s’est levé, il est temps de mettre un terme à cette folie vertigineuse. Des ami.es des collectifs Bassines Non Merci! des Deux-Sèvres et de la Vienne se joindront à nous pour nous partager l’histoire et l’actualité de cette lutte qui nous concerne toutes et tous au premier chef. La bataille de l’eau commence maintenant!

voici le programme détaillé du week-end du 25/26/27 mars
pour un printemps maraîchin contre les « méga-bassines ». Nous vous invitons à le rediffuser largement dans vos réseaux.   Avec le temps majeur de la grande manifestation du samedi 26 mars
mais aussi 3 jours de fêtes, assemblées, spectacles, randos à La Rochénard (79) en bordure du marais poitevin   A l’appel de Bassines Non Merci, la Confédération paysanne, les Soulèvements de la Terre et Attac France
 

L’appel complet à se mobiliser pour mettre fin aux chantiers de méga-bassines :
https://lessoulevementsdelaterre.org/blog/un-printemps-maraichin-contre-les-megabassines

Dans le sillage des coups d’éclat de l’automne dernier, vous êtes invité.e.s à ressortir vos plus beaux parapluies, à enfiler à nouveau vos plus beaux bleus de travail, à prendre jeunes arbres à repiquer, outils et à venir en nombre les 25-26-27 mars 2022 à la Rochénard (79) pour prendre part à :   – un week-end de manifestations populaires, accompagnées de gestes de désobéissance civile, pour mettre un coup d’arrêt aux projets de « méga-bassines » ;- un week-end d’échanges autour de nos usages de l’eau et nos pratiques paysannes pour construire ensemble des manières socialement et écologiquement justes d’habiter les bassins versants ;- un week-end pour créer, danser et danser encore, contre les « méga-bassines », l’agro-industrie et son monde.

# Dès Jeudi – La Rochénard :

19h – Forum international de l’eau – visio et échanges en direct depuis la Rochénard   Vendredi – La Rochénard :20h – Repas assurés par la coordination des Réseaux de Ravitaillement des Luttes   21h – Bal/concert d’accueil avec Las Gabachas de la Cumbia(cumbia féminine)etLes Tabanards (satires et bal de 12)

# Samedi – La Rochénard

9h – Randonnées pédagogiques et visites insolites du château d’eau – Musique avec La Fausse Cie- pochoir et sérigraphie /// A partir de 12h – Lieu à préciser – Prises de paroles – pique-nique tiré du sac – restauration et buvette complémentaires ///Repas puis manif en musique et spectacles avec la fanfare sociale, Basstong (electrotongue), les poulets crus (satire policière), L’Essoreuse (danse buto) /// 14h – Départ de la MANIFESTATION – Ramenez vos bleus de travail, petits arbres à repiquer, outils de plantation et instruments de musique ! ///19h – banquet paysan- cantines solidaires  – stand – sérigraphies – jeux en bois –    Sur le champ – La Bulle Craque (fanfare) Minimum Fanfare (itou)   Scène 1 –  Concerts avec  Sidi wacho(hip-hop-electro-cumbia)Cigany mowhak(balkanik fiesta punk)D-Frak (duo électrico-poéique de la famille Walili) – Hero Echo (rap féministe) – Cordes sensibles (rock fusion)   Scènes 2 – Mixs avec le Souk system’(électro – trap – décalé – polyrythmies…)

# Dimanche – La Rochénard

A partir de 10h et au long de la journée : Randonnées pédagogiques- Marché paysan — stands – jeux en bois – sérigraphie – visites insolites du château d’eau – graff – spectacles avec l’agit théâtre (11h « nous étions debout et nous le savions pas »), la Fausse compagnie..Poésie avec Eniah oésie,etc..9h – Assembléedes rivières : vers la constitution et la coordination de comités de défense de l’eau ? (avec des interventions – à confirmer – de collectifs de Vittel, de la Clusaz, des Gammares, de Loire Vienne Zéro Nucléaire, des Soulèvements de la mer, de la Coordination Eau Île de France, …) Construire EAUtrement ! 

14h – AssembléeHabiter et cultiver les bassins versants : comment porter de nouveaux modèles agricoles et de partage de l’eau ? (avec l’intervention de collectifs et de syndicats paysans, d’habitants.es du Marais poitevin et d’ailleurs, de naturalistes et scientifiques, …)    Camping sur place dès le vendredi soirPour plus d’infos :
  Les Soulèvements de la Terre https://lessoulevementsdelaterre.org/

Suivez nous / Follow us:
Facebook / Instagram / Twitter

APPEL


Le Marais poitevin assiste, ces dernières années, au réveil d’un combat vital autour de l’eau.   Sur ce territoire humide remarquable, l’agro-industrie a décidé de lancer une vaste entreprise d’accaparement de l’eau au détriment de la qualité et du partage de ce bien commun. Avec le soutien actif de l’État, des dizaines de « méga-bassines » menacent d’être construites !   Ces ouvrages de stockage hydraulique massif ont pour but de maintenir coûte que coûte l’irrigation intensive de monocultures destinées, pour l’essentiel, à alimenter la spéculation sur les marchés internationaux et les usines de méthanisation.   Financée avec de l’argent public, c’est la solution catastrophique soutenue par Macron et son gouvernement pour sauver un mode de production agricole destructeur, dopé aux pesticides, face au changement climatique et ses sécheresses.   Malgré les alertes, les travaux ont commencé l’automne dernier sur le territoire du Mignon, au sud du Marais poitevin. En réaction, nous étions des centaines, le 22 septembre, à converger pour entraver la construction de la « méga-bassine » de Mauzé et faire valoir l’existence d’alternatives. Puis, nous étions des milliers, le 6 novembre, pour la prise et le démontage de la bassine illégale de Cramchaban.   La résistance à ce projet résonne désormais au-delà du territoire des deux Sèvres. Nous sommes de plus en plus nombreux.ses à prendre la mesure de la dangerosité de cette opération d’accaparement et du risque de sa généralisation.   Avec l’échec des pseudo-concertations sous forme de « Protocoles » et le recours aux dérogations, la collusion entre les agro-industriels, FNSEA en tête, et le gouvernement est aujourd’hui claire.   Les « méga-bassines » ne tiennent désormais plus qu’au nombre de gendarmes employés à les défendre. À nous, maintenant, de nous donner les moyens de préserver les rivières et l’agriculture paysanne, de stopper ces projets socialement et écologiquement injustes!

C’est pourquoi, Bassines Non Merci, la Confédération paysanne, et les Soulèvements de la Terre appellent à converger, à la veille des échéances électorales – présidentielles et législatives –, pour exiger l’arrêt des travaux, la mise en place d’un moratoire sur les projets de « méga-bassines », et remettre la question des usages de l’eau et des pratiques agricoles au cœur du débat public.

Dans le sillage des coups d’éclat de l’automne dernier, vous êtes invité.e.s à ressortir vos plus beaux parapluies, à enfiler à nouveau vos plus beaux bleus de travail, et à venir en nombre les 25-26-27 mars 2022 à la Rochénard (79) pour prendre part à :  

– un week-end de manifestations populaires, accompagnées de gestes de désobéissance civile, pour mettre un coup d’arrêt aux projets de « méga-bassines » ;- un week-end d’échanges autour de nos usages de l’eau et nos pratiques paysannes pour construire ensemble des manières socialement et écologiquement justes d’habiter les bassins versants ;- un week-end pour danser, et danser encore, contre les « méga-bassines », l’agro-industrie et son monde ;   Un grand week-end pour faire du printemps qui vient, un printemps maraîchin !

Construire nos luttes

Samedi 12 février 26 février 2022 à Faux-la-Montagne : arpentage de « Full spectrum resistance. Tome 1 : construire nos luttes », un ouvrage d’Aric McBay aux éditions Libre

Qu’est ce qu’un arpentage ?

L’arpentage est une technique qui permet en une journée de débroussailler collectivement un livre en se partageant sa lecture et en mettant en commun les connaissances et compréhensions ou perceptions de tous les participants. Cette méthode a pour objet d’expérimenter un travail coopératif et critique, d’encourager un processus d’auto-formation et de créer une culture commune autour d’un sujet.

Il n’est pas nécessaire d’avoir lu l’ouvrage avant de l’arpenter, il est même mieux de ne
pas l’avoir lu !

Présentation par l’éditeur

Full Spectrum Resistance d’Aric McBay est un manuel qui s’inspire des mouvements de Résistance les plus efficaces de l’histoire.

Ce livre en deux tomes montre en termes pratiques comment les mouvements s’organisent et réussissent. L’auteur et activiste chevronné, Aric McBay, nous donne accès aux précieux enseignements que nous ont légués des mouvements importants de l’Histoire. Des Suffragettes aux Black Panthers, de Nelson Mandela à Gay Liberation, McBay éclaire les chemins et les pièges sur lesquels les mouvements doivent naviguer, et les principes à respecter pour augmenter ses chances de réussite.

Le tome 1 dissèque les moyens nécessaires pour construire des mouvements et se battre dans le but de remporter des victoires, il explore comment les mouvements abordent la lutte politique, comment ils recrutent des membres et se structurent pour atteindre leurs objectifs sans oublier les moyens employés pour mettre en place une sécurité appropriée face à la répression.

Le tome 2 présente les actions et stratégies nécessaires pour faire advenir le changement, l’auteur nous explique comment les mouvements développent des capacités critiques (du renseignement à la logistique), et comment ils planifient et mènent des actions et des campagnes réussies.

Nous arpenterons tout ou partie du tome 1 ce samedi 12 février (changement de date) 26 février 2022.

Précisions sur le déroulement de la journée
Lieu du rendez-vous : Bourg de Faux la Montagne, lle lieu exact sera confirmé rapidement aux personnes inscrites.
Horaires :
9h30 à 17h (9h15 pour un café)
Repas : Au vu du contexte sanitaire actuel, merci d’amener votre repas ainsi que vos couverts assiettes etc. Nous vous demandons aussi d’amener vos boissons chaudes si besoin.
Tarifs : Participation libre au Syndicat de la montagne limousine
Inscription nécessaire par mail à arpentagemontagne@yahoo.com

Rencontres zapatistes

Du 17 au 21 octobre nous accueillerons un groupe d’Écoute et de Parole de 6 companer@s, venu.e.s en Europe pour transmettre l’histoire de leur lutte et découvrir nos façons de résister et de nous organiser.
Le souhait des zapatistes est de ne pas participer à de grands évènements publics et de privilégier des échanges avec des personnes investies dans les réalités locales. Nous tâcherons de respecter ce souhait. Le nôtre est de tout de même permettre aux très nombreuses personnes qui peuplent la montagne limousine et qui s’y organisent de participer à ces rencontres. Pour faciliter l’organisation, les réservations sont donc conseillées !

Le programme (mis à jour le 15 octobre)

Création d’un comité de soutien

après les arrestations du 15 juin à Gentioux et aux alentours de Limoges, dans le cadre de l’enquête sur l’incendie de l’émetteur des Cars (87)

Réunion publique mercredi 7 juillet à la salle des fêtes de Gentioux (23) à 19 h

Au-delà des faits reprochés aux personnes interpellé.e.s toujours présumées innocentes, cette opération a impacté de nombreuses autres personnes: ami.e.s, familles, différents réseaux militants ou associatifs limousins… Elle ressemble, comme en son temps l’ »affaire de Tarnac », à une vaste opération de renseignement et de mise sous pression des trop rares personnes qui agissent au quotidien, pour défendre une autre idée de ce que vivre veux dire, contre la dégradation des conditions de vie sur terre et les atteintes constantes à la dignité humaine.

L’ordonnance de placement sous contrôle judiciaire d’une des inculpées pour « association de malfaiteurs » stipule ainsi très sérieusement: « (…) les deux femmes partagent de nombreuses idéologies en lien avec le souci d’une préservation de la nature (notamment la forêt limousine), ou encore le refus de voir installer des équipements technologiques (compteurs Linky, 5G) » en guise de caractérisation de leur soi-disant parcours de « radicalisation ».

Parmi les effets secondaires de l’opération, nous apprenons que l’institutrice de Gentioux vient d’être suspendue par l’inspection académique en dépit de toute présomption d’innocence.

Par ailleurs, le parquet a déjà fait appel de la remise en liberté des deux autres personnes, avec une comparution prévue à Limoges le 15 juillet.

Ces opérations de police politique qui se caractérisent par une disproportion de moyens (nombre d’agents des forces de l’ordre, nombre de véhicules, nombre d’arrestations, de perquisitions, nombre d’écoutes et de balises, de moyens de police scientifique et technique…) visent autant à nous intimider toutes et tous qu’à punir d’éventuels contrevenants.

Cette opération demande donc une réponse collective pour signifier à la fois que nous voulons appuyer les personnes mises en examen pour leur assurer une juste défense et signifier que nous ne nous laisserons pas impressionner.

Lire l’appel intégral (PDF)