entete

Rassemblement contre l’agrandissement de la scierie industrielle SAS Farges à Égletons (Corrèze)

Jeudi 1er décembre 2022 à 14h place Henri Chapoulie


À l’appel de l’association AssoCitra, le Syndicat de la montagne limousine rejoint la Confédération paysanne, Sources et rivières du limousin, le Modef, Saint Junien environnement, Faîtes et racines… pour dire :

Non à l’agrandissement de la scierie industrielle
SAS Farges à Égletons,
Non aux expropriations,
Oui aux petites scieries capables de préserver
nos forêts vivantes et diversifiées !

À Égletons, en Corrèze, la scierie industrielle SAS Farges, qui appartient au groupe Piveteau Bois, ambitionne de doubler ses capacités productives pour devenir la première scierie industrielle de France. Le volume de bois qu’elle convoite de traiter annuellement représenterait plus de la moitié du bois de sciage produit chaque année en Limousin*.

La SAS Farges a construit son modèle économique sur l’exploitation intensive d’arbres issus de la monoculture de résineux. Ces forêts, calibrées pour répondre aux besoins des industriels, sont appelées à devenir principalement de la palette à destination du transport mondialisé et du bois énergie… 

Pour son agrandissement la SAS Farges prévoit de s’étendre sur une habitation, des terres agricoles et des zones humides alors qu’aujourd’hui une personne y vit et des agriculteurs et agricultrices y travaillent. Par l’intermédiaire de la préfecture et des collectivités locales, les intérêts de l’industriel sont en train de s’imposer. Les terres agricoles ont été requalifiées en terres industrielles et le projet a obtenu une « Déclaration d’Utilité Publique » accompagné d’1 million d’euros du plan de Relance. Ainsi, l’État s’apprête à exproprier des habitants pour que la SAS Farges s’étale. Le jeudi 1er décembre, c’est la première étape d’une procédure juridique d’expropriation qui est programmée.

Nous, habitantes et habitants des territoires du limousin, sommes directement impacté·es par l’industrie forestière et l’agrandissement de la SAS Farges représente une véritable menace : à longueur d’année, dans notre région, des forêts diversifiées composées de feuillus de tout âge sont rasées pour être remplacées par des monocultures de résineux néfastes à la biodiversité, à la qualité de l’eau et à la fertilité des sols. Mais la SAS Farges représente aussi une menace pour le développement d’une filière bois locale respectueuse de son environnement social et naturel.

C’est pourquoi le Syndicat de la montagne limousine répond à l’appel de l’association Associtra pour le rassemblement du 1er décembre 2022. Ce n’est pas au marché mondial du bois ou de l’énergie de décider de l’avenir des forêts limousines, ni aux grands groupes d’intérêts privés de condamner, avec la complicité des pouvoirs publics, des habitants à l’expropriation !

Retrouvons-nous nombreuses et nombreux à Égletons, pour se rencontrer, s’informer, et dire NON AUX EXPROPRIATIONS, OUI À DES FORÊTS VIVANTES ET DIVERSIFIÉES !

Info pratique : associtra@orange.fr / foret@syndicat-montagne.org
Parking possible : Centre Aquarécréatif de Ventadour

* https://nouvelle-aquitaine.cnpf.fr/sites/nouvelle-aquitaine/files/2022-02/srgs_limousin.pdf 
* https://www.mediapart.fr/journal/economie-et-social/061122/l-extension-d-une-mega-scierie-fait-craquer-la-correze

Vigiefeuillus : outil collaboratif de sauvegarde des forêts de feuillus

La journée pour la sauvegarde de nos forêt de feuillus organisée par le Groupe Forêt du Syndicat ce dimanche 10 juillet 2022 a été l’occasion d’inaugurer VigieFeuillus !

Télécharger la notice d’installation de l’application.

Télécharger la notice de présentation de Vigiefeuillus.

Installation en bref

VigieFeuillus est un outil collaboratif créé pour permettre aux habitant-es de la Montagne Limousine d’agir pour la sauvegarde des forêts de feuillus présentes sur le territoire.

Sur le plateau de Millevaches, les forêts de feuillus sont de plus en plus la cible de pratiques sylvicoles industrielles. Coupées à ras, elles sont ensuite remplacées par des plantations de résineux en monoculture – notamment financées par des aides publiques (plan « France relance » de l’État et aides de la Région).

Le constat est largement partagé sur les conséquences néfastes de telles pratiques forestières. Habitant-es du territoire, nous ne souhaitons plus rester impuissant-es face à la destruction de ces forêts pleines de vie, mais bien trouver des solutions pour éviter à tout prix leur disparition grandissante.

Le but de cet outil est de créer un réseau d’habitants et habitantes conscientes des enjeux liés à la sauvegarde des forêts de feuillus. Il permettra de s’informer des coupes de parcelles de feuillus récentes, en cours et à venir, afin d’intervenir auprès des propriétaires pour les sensibiliser à d’autres modes de gestion et leur permettre in fine de ne plus opter pour des coupes à blanc.

Installation en bref

  • installez l’application Wire puis créez votre compte
  • demandez à vous connecter au compte @vigiefeuillus
  • attendez que la demande soit acceptée (cela peut prendre quelques heures).
  • Félicitations ! Vous pouvez participer aux alertes et vous tenir informé·e. Pour des informations cadastrales précises vous pouvez utiliser Géoportail

Journée pour la sauvegarde de nos forêts de feuillus

Sur le plateau de Millevaches, les forêts de feuillus sont de plus en plus la cible de pratiques sylvicoles industrielles. Coupées à ras, elles sont ensuite remplacées par des plantations de résineux en monoculture – notamment financées par des aides publiques (plan « France relance » de l’État et aides de la Région) – qui seront gérées en futaie régulière. Forestiers, habitants, propriétaires, randonneurs ou cueilleurs, nous nous sentons souvent impuissants face à la destruction de ces forêts pleines de vie.
Cette journée itinérante du dimanche 10 juillet, qui se déroulera entre coupe rase et forêt vivante, est organisée par le groupe forêt du Syndicat de la montagne limousine. Elle a pour but d’avertir sur le sort actuellement réservé aux forêts de feuillus locales et de présenter un outil participatif de veille foncière pour permettre à tout un chacun d’agir pour la préservation des forêts de feuillus sur notre territoire.

Matin : Rassemblement sur une coupe rase récente aux sources de la Vienne

Rendez-vous à partir de 9 h 45 au « Grand Tournant », près du croisement des D 36 et D 21, commune de Saint-Setiers (19).

Aux sources de la Vienne, sur un site classé Natura 2000, une coupe rase de 3 ha de
feuillus est apparue fin mai. Ce site naturel protégé avait pourtant fait l’objet de préconisations strictes de la part du PNR de Millevaches qui n’ont pas été respectées. Les conséquences de ce chantier sont irréversibles : un affluent de la Vienne a été bouché et la ripisylve (végétation sur les rives) durablement détériorée et plantée en résineux. Pour empêcher que ces pratiques ne se reproduisent, nous nous retrouverons près de la zone saccagée où nous inaugurerons un outil de vigilance forestière.

À midi, déjeuner sur place (apportez votre pique-nique !)

Après-midi : Balade dans une forêt de feuillus en gestion durable

Rendez-vous à 14 h 30 aux tables de pique-nique de Lombarteix sur la D 982 entre Le Mas d’Artige et la Courtine. À 20 km du rendez-vous du matin (compter 15 minutes en voiture).

À la Courtine, un propriétaire forestier expérimente depuis plusieurs années une gestion alternative de ses parcelles. Il nous présentera, en compagnie d’un enseignant forestier et d’un habitant bûcheron, une conduite en couvert continu de forêt mélangée, dans le respect des milieux naturels. Une seconde présentation du nouvel outil de vigilance forestière aura lieu.

Nous finirons la journée sur un goûter aux tables de pique-nique.

Contact : foret@syndicat-montagne.org

Les coopératives forestières dépassent les bornes

AUBUSSON – 19 avril 2022 – Ce jour, quelques semaines après l’inauguration des nouveaux locaux de la Coopérative forestière Bourgogne Limousin (CFBL) à Aubusson, des membres du groupe forêt du Syndicat de la montagne limousine ont déroulé une banderole ayant pour intitulé « CFBL dépasse les bornes » sur la façade du bâtiment du nouveau site.

Cette action vise à dénoncer :

1°/ Certaines pratiques des coopératives forestières dont les intérêts économiques mettent toujours plus en danger les forêts diversifiées et leur écosystème.

2°/ Le volet forestier du plan de relance qui a été négocié par la filière bois avec le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, dans la plus stricte opacité durant l’été 2020. Comme le révèle l’enquête menée par l’association Canopée sur Le bilan caché du plan de relance forestier1 ce plan s’apparente à une promesse de destruction des jeunes forêts diversifiées pour être remplacées par des plantations de résineux après coupe rase sur fonds publics.

3°/ Les pratiques de désinformation et de greenwashing2 de la CFBL et de la filière bois lors de leurs communications (articles de presse ou site internet).

Précieuse pour la construction, le chauffage ou encore le papier, la forêt peut fournir une activité utile à un grand nombre de personnes sur le territoire. Cependant les pratiques majoritaires des coopératives forestières et de la filière sont insoutenables au vu des enjeux actuels de la biodiversité et du climat, « elles dépassent les bornes » !

Le groupe forêt du syndicat dénonce en particulier la pratique de la coupe rase (notamment des forêts de feuillus, dont la surface diminue à grande vitesse) suivie du dessouchage et de la mise en andain des souches et des résidus de coupe. Cette pratique entraîne la destruction des sols, des ressources en eau et de la biodiversité. La replantation des parcelles ainsi coupées à blanc en monoculture de résineux donne naissance à des plantations fragiles, pauvres en biodiversité et peu résilientes face au changement climatique. Ces pratiques mettent donc en péril l’avenir même de nos forêts, de la filière bois, des emplois associés et des habitants du territoire. Qui plus est, elles sont financées avec de l’argent public via le plan de relance forestier3.

Le groupe forêt du SML souhaite également réagir face à une campagne de désinformation de la CFBL et de l’Union de la coopération forestière française. Des communications récurrentes tentent de faire croire que « certaines associations » exerceraient des violences à l’encontre des coopératives, des travailleurs de la forêt ainsi que des propriétaires de bois. Le groupe forêt tient à affirmer son attachement au dialogue avec les professionnels de la forêt et à la non-agression des travailleurs forestiers. L’action d’aujourd’hui vise bien à dénoncer des pratiques violentes pour le vivant. N’inversons pas les responsabilités !

Enfin le groupe forêt dénonce le greenwashing des coopératives forestières comme la CFBL, autre forme de désinformation. Sur son site internet, la coopérative forestière prétend améliorer les forêts, « pour ses adhérents, pour la société et pour les générations futures » et contribuer « à la lutte contre le réchauffement climatique ». La CFBL est aussi signataire de la Charte forestière de territoire du Parc naturel régional de Millevaches qui prévoit « l’amélioration de la résilience des écosystèmes forestiers et de la filière bois ». Sur le papier, ces engagements sont tout à fait honorables. Mais sur le terrain, les pratiques diffèrent et parfois l’écart s’apparente à un précipice. Sur l e site de la CFBL on peut même lire que la pratique de la coupe rase recrée une diversité, renouvelle les forêts et permet même, à terme, de les préserver4. Difficile de croire de telles affirmations quand on s’intéresse de plus près à cette pratique. En même temps, on peut toujours croire au père Noël… Cela n’a rien d’étonnant venant de marchands de sapins.

Ce double discours doit cesser : le groupe forêt attend de la part des coopératives forestières qu’elles prennent leurs responsabilités et se soumettent à un dialogue démocratique pour répondre aux attentes de la société civile au regard de la crise écologique et sociale en cours.

1. Rapport de Canopée pouvant être consulté ici.

2. Greenwashing ou « écoblanchiment » : procédé utilisé par une organisation pour se donner une image trompeuse de responsabilité écologique. Très souvent, en pratique, les actions de l’organisation faisant du greenwashing polluent ou détruisent l’environnement.

3. Voir rapport de Canopée mentionné ci-dessus.

4. Articles de CFBL sur la pratique de la coupe rase disponibles ici et .

Déclaration de la première rencontre des luttes forestières

Ce texte est un appel à toutes celles et ceux qui se sentent touchés et affectés par ce qui se joue dans nos forêts. Écrit à l’issue de la première rencontre des luttes forestières, en France, à Nestier (65), il invite à faire des forêts un nouveau point de ralliement pour le mouvement social contre la main mise des industriels, des aménageurs et de la finance.

Partout en France, la mobilisation contre l’industrialisation des forêts s’intensifie. Poursuivons-la !

Du 10 au 13 mars 2022, une quarantaine de délégations venues de toute la France et plus d’une centaine de personnes se sont retrouvées dans les Hautes-Pyrénées pour poser les bases d’un mouvement populaire de défense de la forêt. Venus d’horizons divers, ces collectifs ont décidé de faire front commun contre l’industrialisation de la filière.

Nous sommes profondément animés par le respect de la démocratie et, pour que nos forêts restent vivantes, nous défendons l’idée qu’elles soient considérées comme des communs naturels que nous devons protéger de la malforestation. Des alliances se dessinent pour faire des forêts le coeur vibrant d’une nouvelle relation au vivant.

Nous ne voulons plus être les spectateurs de la dégradation et de la marchandisation de nos forêts. Nous en avons assez des coupes rases et des logiques extractivistes qui malmènent les écosystèmes. Nous en avons assez du cynisme des dirigeants qui démantèlent le service public forestier. Nous exigeons l’arrêt immédiat de la privatisation de l’ONF, les embauches de fonctionnaires assermentés pour répondre à leurs missions d’intérêt général.

Il est temps d’agir et de nous retrouver. En automne dernier, nous étions déjà des milliers à manifester dans le cadre de l’Appel pour des forêts vivantes. Des carnavals sauvages ont retenti dans les bois, des militants ont planté des feuillus sur d’anciennes coupes rases, des manifestants sont venus scander leur colère devant le siège des institutions. Tandis que d’autres, s’appuyant sur l’éducation populaire, ont mis en lumière la beauté de nos alternatives, celles d’une sylviculture proche de la nature ou de forêts laissées en libre évolution, celles de savoir-faire ancestraux et de pratiques douces, attentives, aux cycles de la forêt.

Ce n’est que le début. Le mouvement a vocation à grandir. Rejoignons nos collectifs locaux et nos associations sur le terrain. Dans les prochains mois, une nouvelle mobilisation aura lieu.

La forêt n’est pas qu’un gisement de biomasse, une zone d’aménagement différé ou un simple puits de carbone, la forêt c’est avant tout un écosystème dont nous faisons pleinement partie. Nous sommes de plus en plus nombreux à partager cette réalité sensible. Dans la lutte, nous avons tissé de nouvelles amitiés, découvert de nouveaux sentiers. Nous ne nous arrêterons pas là.

Des luttes syndicales aux occupations, des naturalistes aux professionnels de la forêt et du bois, des associations environnementales aux collectifs citoyens, nous tissons le fil d’un même combat pour des forêts vivantes.

Nous sommes tous et toutes solidaires. Nous exigeons l’arrêt de tous les projets industriels inutiles et surdimensionnés et notamment la fin immédiate du projet FLORIAN à Lannemezan.

Alors que des dizaines de milliers de personnes défilent dans les rues ce week-end pour appeler à une politique climatique plus ambitieuse, il n’est pas inutile de rappeler que la forêt est en première ligne face au réchauffement climatique. Tout en nous sentant reliés à ces manifestations, nous invitons tous celles et ceux qui y participent à venir avec nous arpenter les chemins creux de nos forêts et à les défendre avec joie et détermination. Nous nous engageons solennellement à développer tous les moyens pour rassembler les luttes qui intègrent nos revendications et nos espoirs d’humanité. Ensemble, nous ferons pousser une jungle, un maquis inextricable qui fera reculer les machines et leur monde du profit.

Les participant.e.s aux rencontres

Des participant.es aux rencontres © Régis Lindeperg

MARCHE POUR DES FORÊTS VIVANTES

Pour le partage d’une culture forestière sur la montagne limousine

Rendez-vous devant le lycée forestier de Meymac à 9h30, départ à 10h précises. Arrivée à Millevaches prévue vers 18h. Apportez de quoi vous restaurer ! Une navette à Millevaches sera là pour vous raccompagner à Meymac si nécessaire.

Le 17 avril 2021 plus de cent personnes étaient rassemblées sur une coupe rase à Faux-la-montagne pour dénoncer le pillage d’une forêt de feuillus, le 2 août 2021 paraissait à l’initiative de plusieurs collectifs d’habitant.es, associations, syndicats et forestiers de toutes les régions un appel à mobilisation nationale pour la préservation des forêts en France : L’Appel pour des forêts vivantes. Le week end du 16-17 octobre est la date de lancement de cette année de mobilisations.

En réponse à cet appel et pour prolonger la mobilisation sur notre territoire, en terre de la montagne limousine, nous invitons à une grande marche le samedi 16 octobre de Meymac à Millevaches, de l’école forestière au siège du Parc naturel de Millevaches. Cette marche a pour but de placer au cœur de l’espace public les enjeux environnementaux et sociaux de la forêt depuis l’expérience que nous, habitant-es du territoire, professionnel-les ou non, faisons de nos paysages naturels que nous souhaitons préserver vivants et diversifiés.

En solidarité avec un grand nombre des acteurs du bois, dont les professions sont mises à mal par des exigences de rendement intenables et dont le rôle pour la protection des forêts disparaît à mesure que son industrialisation s’impose à l’ensemble de la chaîne de production, nous souhaitons provoquer avec cette marche une dynamique populaire de prise de conscience collective d’un contexte environnemental qui nous concerne tous. Ainsi nous appelons chacune et chacun qui se retrouve dans l’idée de se réapproprier les questions environnementales, dont elles et ils ont été écartées, à dépasser leurs préjugés et à rejoindre cette marche pour des forêts vivantes.

Sur la route, nous ferons deux haltes pour échanger nos points de vue et interroger nos certitudes.

• Lors de la première halte, au Mont Bessou, nous parlerons de ce qu’est une forêt authentiquement vivante parmi les milieux diversifiés de la montagne limousine.

• Lors de la seconde, nous parlerons de la forêt française dans l’espace de la globalisation, de la filière bois et des biens communs.

Notre histoire nous réserve des surprises. En 1977, aux Bordes, on marchait contre l’enrésinement du plateau et les horizons bouchés par les plantations. Quarante-cinq ans après, mal aimée, plantée ou en libre évolution depuis la déprise agricole, la forêt limousine est devenue une composante essentielle de nos milieux de vie. Le 16 octobre, nous marcherons contre les coupes qui transforment n’importe quel arbre de n’importe quel âge en matière brute pour l’industrie. Marcher pour la forêt en 2021, ce n’est qu’une autre façon de combattre la même logique folle qui entraînait à l’époque la brutale transformation des paysages au nom du productivisme.

En participant à cette marche sur la montagne limousine, rejoignez l’Appel pour des forêts vivantes pour faire face à la destruction galopante des régions forestières. Rendez-vous devant le lycée forestier de Meymac à 9h30, départ à 10h00 précise. Arrivée à Millevaches prévue à 18h00. Apportez de quoi vous restaurer. Une navette à Millevaches sera là pour raccompagner les participant-es à Meymac.

Nous contacter : foret@syndicat-montagne.org

Infos pratiques

Les informations pratiques seront actualisées chaque jour avant la marche, pensez à les consulter régulièrement.

Outil de covoiturage pour se rendre au départ de la marche : https://mensuel.framapad.org/p/covoitmarchefor3ts

Navettes retours : à partir de 18h15, un bus effectuera des allers-retours entre Millevaches et Meymac pour ramener en priorité les conducteurs de voitures, afin qu’ils viennent eux-mêmes chercher leurs co-voitureurs à Millevaches. Quelques voyages jusqu’au Mont Bessou pourront également être effectués pour les personnes ayant garé leur voiture là-bas. Pour simplifier les trajets de la navette, n’hésitez pas à covoiturer le matin depuis Millevaches ou à proposer de ramener des personnes à Meymac une fois que vous avez votre voiture à Millevaches.


Une petite buvette à prix libre sera installée au Mont Bessou et à chaque arrêt de la marche pour se restaurer : pensez à prendre un peu d’argent liquide ! L’argent servira à rembourser les frais d’organisation.

APPEL POUR DES FORETS VIVANTES

Mobilisation nationale contre leur industrialisation

Les forêts sont riches, diverses, complexes, bref : vivantes. Mais l’industrie aimerait les transformer en monocultures d’arbres bien alignés, faciles à récolter, maîtrisés. Le gouvernement ne s’y oppose pas, il assume : « une forêt, ça se cultive, ça s’exploite ». Pendant ce temps, loin des ministères, la résistance s’organise. Partout en France, des individus, des collectifs et des associations s’activent, inventent des alternatives et défendent les forêts. Le temps est venu d’unir ces forces, pour faire front commun contre l’industrialisation des forêts !

Nos forêts sont devenues un champ de bataille en proie aux machines et à l’appétit insatiable des industriels. Partout, dans nos communes, départements et régions de France, nous voyons notre bien commun se faire malmener, les coupes rases et les monocultures se multiplier. C’est un fait palpable que nous éprouvons au quotidien, une violence que nous ressentons dans notre chair. Le productivisme gagne nos massifs forestiers et plie le vivant aux règles du marché. Des paysages séculaires sont dévastés parfois en quelques heures… Les arbres sont moissonnés comme du blé. Partout, les forêts sont vues comme un gisement inépuisable que l’industrie est appelée à exploiter et le bois comme un simple matériaux à transformer. 

Depuis cinq ans, l’action du gouvernement est déplorable. Alors que la Convention citoyenne pour le climat avait émis des propositions ambitieuses pour les forêts, l’Exécutif a tout fait pour s’y opposer, en amoindrir la portée et les vider de leur substance. Quant au plan de relance1, il a capitulé devant les lobbies des planteurs d’arbres sans aucune contrepartie environnementale sérieuse. Tout au long du quinquennat, il n’a cessé de démanteler le service public. Plus de 1 000 emplois ont été supprimés à l’Office national des forêts depuis 2017 2475 emplois supplémentaires pourraient disparaître au cours des cinq prochaines années.

Au sommet de l’État, tout est verrouillé. Les solutions ne viendront pas d’en haut. C’est une certitude. Seule une pression, à la base, sur le terrain, pourra les faire plier. Dans les couloirs feutrés des ministères, les industriels déploient leur stratégie à coup de bulldozers. Le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, s’en fait le porte-voix. Dans une lettre adressée à la Commission européenne3, il s’est attristé de voir « les forêts réduites à des considérations environnementales en ne tenant pas compte des aspects socio-économiques ».À l’Assemblée nationale, il a affirmé qu’« une forêt, ça se cultive, ça s’exploite ». Le gouvernement veut accroître les prélèvements en forêt de 70 % d’ici 20504 et passer d’environ 60 millions de mètres cubes de bois récoltés par an à plus d’une centaine de million. Nous savons ce que cela implique : une exploitation toujours plus accrue de nos forêts et une intensification des coupes-rases.

Nous ne voulons pas être les spectateurs passifs de la destruction en cours.

Il n’y a aucune fatalité à la situation actuelle et il ne tient qu’à nous d’en inverser la tendance. Un grand mouvement populaire est en train de naître autour de la défense des arbres. Après avoir été dépossédé.e.s de tout un pan du territoire national, des habitant.e.s, des citoyen.ne.s, des associations, des forestier.e.s ont décidé de se le réapproprier. Nous refusons que les forêts subissent à leur tour la logique industrielle qui a ravagé et ravage encore l’agriculture, qui détruit des métiers et des savoir-faire reconnus et appauvrit la biodiversité. 

Partout, localement, des résistances sont déjà à l’œuvre. Des alternatives éclosent, des alliances naissent. D’autres imaginaires s’inventent. Ici, on achète des forêts pour les gérer de manière soutenable ou les laisser en libre évolution. Là, on développe des circuits courts de la grume à la poutre. Là-bas, on s’oppose à un projet de méga-scierie. Des associations s’engagent pour faire bouger la loi, des forestiers parviennent à s’extraire de pratiques sylvicoles qu’ils savent nocives pour se tourner vers une sylviculture douce, des habitant.e.s créent des vigies citoyennes. Des syndicalistes de l’ONF se mettent aussi en grève. Nos luttes sont multiples. Nos actions s’enrichissent mutuellement. Elles font bruisser le monde que nous souhaitons voir advenir. Elles lui donnent corps.

Mais ce n’est pas suffisant. Pour gagner, nous devons passer à un cran supérieur, tisser la toile d’un récit commun, constituer un front. Tout porte à croire que c’est maintenant ou jamais. Nos forêts sont à la croisée des chemins.

Nous appelons à une année de mobilisation pour les forêts françaises. La question des forêts ne concerne pas seulement l’autre bout de la planète l’Amazonie, la Sibérie ou l’Ouest Canadien qui sont touchés par les grands feux ou la déforestation. Elle se joue ici sur nos territoires, en bas de chez nous. Ici aussi, les conséquences du réchauffement climatique se font sentir, les sécheresses représentent une menace devenue réalité, les forêts dépérissent et la vision extractiviste continue de se propager. Ici aussi, les indicateurs sont dans le rouge. L’horizon se couvre. Il y a urgence à agir.

Nous appelons chaque collectif et association engagés dans les forêts à participer à une campagne nationale contre leur industrialisation.

Celle-ci se déroulera au cours des trois prochaines saisons, en trois temps. C’est une première étape, le début d’une lente montée de sève !

SAISON 1 : En automne, nous ferons éclater les couleurs chatoyantes de nos luttes !

Le week-end du 16 et 17 octobre, nous invitons chaque association et collectif d’habitant.e.s à organiser une action localement sur son territoire. Pour que le plus grand monde puisse y participer à sa manière, avec son élan et son énergie, nous nous donnons un cadre d’action non-violent ce qui n’exclut pas les actions de désobéissance civile. Nous ferons résonner ces luttes au même moment sous un même cri de ralliement. Contre leur industrialisation et leurs grands projets inutiles, nous montrerons les forces de nos alternatives et défendrons le maintien d’un service public forestier digne de ce nom ! Nous appelons aussi à ce que cesse l’exploitation forcenée des travailleurs de la forêt, bûcherons, débardeurs et de tous les auto-entrepreneurs taillables et corvéables.

#Pourdesforêtsvivantes

#stopindustrialisation

Nous invitons chaque groupe et ou collectif à nous contacter et à se présenter pour que nous puissions en amont répertorier leur mobilisation sur une carte interactive en nous écrivant à l’adresse : pourdesforetsvivantes@riseup.net. D’autres infos viendront à partir de septembre.

Nous pouvons déjà dire que dans le Morvan, des groupes locaux prévoient de planter une forêt diversifiée sur une ancienne coupe rase. Dans le Limousin, des habitant.e.s et des associations appellent à une marche. Tandis que dans les Pyrénées, le collectif Touche pas à ma forêt se mobilise contre le projet de méga scierie Florian. D’autres actions sont à prévoir.  

SAISON 2 : En hiver, nous ferons fructifier nos imaginaires !

L’hiver sera propice à la rencontre. Après une première action sur chacun de nos territoires le 16-17 octobre, nous nous retrouverons début décembre pour une grande assemblée des luttes et des alternatives forestières. Si nous voulons construire le mouvement dans la durée, tenir dans l’adversité, cela passe selon nous par une culture commune qui manque encore et que nous devons enrichir puis faire croître comme un maquis.

SAISON 3 : Au printemps, nous lancerons une grande action d’envergure !

Alors qu’au printemps, tout renaît, nous laisserons nos jeunes pousses se déployer. Nous prévoyons d’organiser tous ensemble une action de désobéissance civile dans un lieu précis pour marquer notre présence et montrer que nous ne sommes pas dupes des tentatives de greenwashing. L’action aura lieu une semaine avant la journée internationale des forêts, un événement devenu lisse et récupéré par les industriels. Avec ce coup d’éclat, nous avons bien l’intention de détourner les projecteurs. A l’étalage des bons sentiments, nous opposerons la vitalité de nos luttes et les espoirs qu’elles soulèvent.

Ce n’est que le commencement.

Les prémices d’un mouvement.

Retrouvons-nous !

Proposer une action sur votre territoire en réponse à l’Appel pour des forêts vivantes

Pour nous contacter : pourdesforetsvivantes@riseup.net

Premiers signataires :

  • SOS forêt
  • Réseau pour les Alternatives Forestières
  • Canopée Forêt vivante
  • Adret Morvan
  • Touche pas à ma forêt
  • Le syndicat de la Montagne Limousine
  • Groupe national de surveillance des arbres
  • Snupfen

1 https://reporterre.net/Le-hold-up-des-planteurs-d-arbres-sur-le-plan-de-relance

2 https://reporterre.net/Les-effectifs-des-gardes-forestiers-sont-tailles-a-la-hache

3 https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/07/10/le-ministre-de-l-agriculture-rallie-le-camp-des-defenseurs-d-une-exploitation-intensive-des-forets_6087840_3244.html

4 https://www.alternatives-economiques.fr/france-veut-couper-arbres-couper-emissions/00098486

Retours sur la manifestation à Truffy, samedi 17 avril contre la réintoxication du monde

@ Radio France – Matthieu Le Meur

Nous étions plus de 100 rassemblé-es samedi dernier pour dénoncer le pillage honteux d’une forêt de feuillus et l’intoxication par les coupes rases du plateau de Millevaches !

Contexte
Cette coupe rase, réalisée sur le hameau de Truffy, à une période de l’hiver tout particulièrement pluvieuse, sur plus de 4 ha, participe au ravage des milieux vivants du plateau. Située en zone Natura 2000, le passage des machines y a causé l’assèchement d’un ruisseau et la détérioration d’une zone humide, la disparition d’une forêt de feuillus qui comprenait entre autres, de vieux chênes, des châtaigniers et des hêtres centenaires. Les mairies de Faux et la Villedieu, qui se sont élevées contre cette coupe en faisant remonter l’information au département, se sont vues répondre que tout avait été fait dans les règles.

Déroulé de la matinée
Sur l’impressionnant tas de troncs coupés, à quelques centaines de mètres du site pillé, une banderole “La filière bois / La forêt trinque” a été déployée pour l’occasion : c’est en effet l’industrie du bois qui est ici pointée du doigt, à l’origine de la pression mise sur les forêts et l’exigence de rentabilité qui conduit à des pratiques incompatibles avec le respect de l’environnement.
Quelques prises de parole se sont enchainées pour présenter le contexte du rassemblement et le déroulement de la matinée. Puis le petit cortège s’est mis en route travers bois pour descendre jusqu’à la parcelle en question et constater les ravages.
Dans le lot des personnes rassemblées, on a pu noter la présence des maires de Faux-la-Montagne et de la Villedieu, ainsi que de naturalistes, de forestier-es et d’agriculteur-ices, qui ont pu prendre la parole pour apporter des explications complémentaires.

Ne pas rester impuissant-es

Les groupes de travail du Syndicat de la Montagne Limousine ont ensuite présenté leurs initiatives pour prendre concrètement en charge la destruction des milieux sur le territoire :
le groupe forêt s’organise actuellement pour tenter le rachat de parcelles forestières en créant une structure adaptée (groupement forestier, coopérative, fond de dotation…). Une fois acquises, il souhaite pouvoir y organiser des formations à la sylviculture douce et ouvrir ainsi la voie aux alternatives forestières. Une manière de montrer par l’exemple aux propriétaires forestiers que d’autres gestions sont possibles.
le groupe agriculture lui aussi souhaite trouver des solutions contre les coupes rases : il
propose de créer une association capable de récupérer des parcelles rasées afin de les sortir de la logique “coupe-plantation”. Dès lors, il s’agira de réfléchir collectivement aux usages les plus adaptés à la restauration de chacune : pâturage pour favoriser le réenrichissement des sols, régénération spontanée et réduction des usages, plantation diversifiée selon les principes de l’agriculture syntropique…
le groupe eau a exposé la prochaine Fête du Bassin versant de la Vienne qui se déroulera du 31 mai au 12 juin. Les impacts sur l’eau de l’industrie forestière ne sont pas des moindres. La question de la gestion collective des forêts devrait y être discutée et enrichie des différentes discussions et rencontres que permettra cette fête.

Un réseau de luttes locales contre la réintoxication
Ce rassemblement fait échos aux quarante autres actions qui ont été menées partout en
France ce même jour, pour lutter contre l’implantation d’une ferme-usine, l’extension de carrières de sable, l’artificialisation de jardins ouvriers, la construction de zones industrielles, l’arrivée d’un entrepôt Amazon, des projets routiers détruisant des terres agricoles…

Revue de presse :
Un très bon article de La Montagne qui met en lumière les principaux arguments contre la coupe rase, les leviers d’évolution des pratiques, et le paradoxe des politiques publiques.
Un reportage de France bleu Limousin qui met en exergue le Syndicat de la Montagne Limousine et la solution proposée par le groupe agricole de “réparer” les coupes rases par du pâturage. Précisons que cette pratique s’appliquerait davantage à des coupes rases de résineux.
Un article de France bleu Limousin, pas terrible, qui identifie les manifestant-es comme des “anti-coupes rases” et donne la parole au syndicat des sylviculteurs qui insiste sur le fait que les coupes rases sont très encadrées.

Un reportage de France 3 Limousin, diffusé dans toute la région au 19/20 du 17 avril. Bonne contextualisation de la coupe rase. Si les forestiers se défendent en justifiant que toutes les coupes sont régénérées par la suite, le dernier mot est laissé à Thierry Letellier (maire de la Villedieu) qui contre cet argument avec brio.
Replay : jt du 17/04 à partir de 7’45 jusqu’à 9’35.
Article sur le site internet de France 3